Aller au contenu

La vie mouvementée de François Seguin à la Révolution

Plusieurs zones d’ombre entourent cet ancêtre de Maurice Turck : d’abord sa naissance (date, lieu, nom de famille). Ensuite, les circonstances de son décès, dans la période trouble qui a suivi 1789.

Quand est-il né ?

Version acte de mariage

En 1781, nous sommes encore sous le règne de Louis XVI. François Philippe Seguin est maître cordier du roi, à Dunkerque. Il habite rue de Saint-Louis.

Le 9 mai, il épouse Marie Dominique Hélène Adam, veuve de Toussaint Moulin, un collègue plus âgé que lui. Les nouveaux époux ont tous deux 32 ans.

François Seguin vit et travaille à Dunkerque, mais il est originaire de Beaufour d’Auge, en Normandie. Il a un frère, Michel Seguin, qui est praticien et qui est présent, témoin au mariage.

1781 moins 32, François Philippe Seguin est donc né vers 1749.

Version acte de décès

François Seguin meurt le 10 mai 1795 (21 floréal an 3). L’officier d’état civil se base sur son acte de naissance pour définir son âge au moment de son décès : 51 ans – l’acte de baptême en question donne la date du 6 mars 1743, ce qui donnerait d’ailleurs plutôt 52 ans.

On a donc une erreur de 6 ans dans l’âge de François Seguin inscrit sur son acte de mariage. Hypothèse 1 : l’officier d’état civil s’est trompé, il a machinalement mis le même âge pour les deux époux. Hypothèse 2 : François Seguin a donné une fausse information.

Il semble difficile, en revanche, de supposer que François Seguin ait pu ne pas connaître son âge. C’est un homme qui signe avec aisance, et qui semble venir d’une famille instruite : la signature de son frère est très fluide, et les deux frères ont des professions qui nécessitent un bagage intellectuel (François est « maître », ce qui est le grade le plus haut dans une corporation).

Marie Adam, tout comme son mari François Seguin, savait signer ; en revanche, étrangement, leurs enfants Marguerite et Jacques étaient illettrés.

L’acte de baptême fourni est-il le sien ?

Ce qui ne correspond pas

Au premier abord, cet acte de baptême ne semble pas être le sien. D’une part il a été rédigé 6 ans trop tôt (si l’on se réfère à l’âge que François Seguin est censé avoir au moment de son mariage).

D’autre part, ce n’est même pas le bon nom de famille ! Le père de l’enfant se nomme Michel Seiller, et non Seguin.

Pourtant, c’est cet acte de baptême qui a été fourni à l’officier d’état civil qui a rédigé son acte de décès.

Ce qui correspond

Sur l’acte de baptême de François Philippe, figure bien entendu le nom de la mère, Marguerite de la Planche. Or, nous retrouvons, bien plus tard, une Marguerite de la Planche.

En 1784 naît Marguerite Hélène Seguin, fille de François Seguin et de son épouse Marie Adam. La marraine de l’enfant se nomme Marguerite de la Planche.

François Seguin, décédé à la Révolution

Il est mort à l’hôpital de la citadelle de Lille, en prison, donc. Il y est incarcéré en tant que « bourgeois suspect de Dune Libre ». Dune Libre étant alors le nom de Dunkerque (« kerque » signifiant « église »).

Réfugié à Dunkerque

Il est noté sur l’acte de décès de François Philippe Seguin qu’il s’est réfugié à Dunkerque à cause de la guerre. Dans cette période, 2 guerres ont eu lieu en Europe : la guerre de sept ans, du 29 août 1756 à 1763, et la guerre franco-anglaise, de 1778 à 1783.

D’autre part, il semble que ce soit toute sa famille qui ait quitté la Normandie pour Dunkerque. On retrouve en effet son frère Michel à son mariage, sa soeur Marie qui décède en 1791 à Dunkerque, et probablement leur mère Marguerite à la naissance de sa fille.

Optimized with PageSpeed Ninja